Une fête de la matura sur le thème du développement durable

Jeudi 8 juillet 2021, les promotions de l’école cantonale de Büelrain ont fêté leur Matura. MYBLUEPLANET a décerné un prix à deux étudiants pour leur mémoire de maturité sur un sujet durable.

Son nom a été appelé trois fois lors de la cérémonie. Nous parlons de Samuel Schönholzer. Lui et Andrej Haller ont rédigé leur mémoire de maturité sur un sujet climatique et environnemental. MYBLUEPLANET leur a décerné des prix pour cela et pour leur préparation minutieuse. Samuel Schönholzer a également reçu un prix de Peter Lippuner (NGW) et de Jürg Bischofberger (Fondation Joh. Jacob Rieter). Félicitations à ces deux messieurs !

Andrej a traité la question « Éviter la viande, est-ce que cela résoudra les problèmes de demain ? » et Samuel a étudié la contamination des poissons du Haut-Rhin par différents métaux lourds tels que le cadmium, le mercure et le plomb en prenant l’exemple du gardon. Ils ont répondu à la motivation derrière leur choix de sujet et aux défis qu’ils ont rencontrés lors de la rédaction d’un entretien.

Avec cette deuxième récompense consécutive, l’ancrage des thèmes de la protection du climat et de la durabilité a clairement atteint toutes les matières scolaires à Kanti Büelrain. Dans deux mois, l’école arrivera au terme du programme et pourra alors recevoir le label « climate School ».

1. Quelle a été votre motivation pour consacrer votre thèse de maturité à un problème d'environnement/climat?

Samuel: Comme je suis moi-même souvent à l’extérieur, que ce soit dans le sport, dans la troupe de scouts ou à la pêche, la protection et la santé de la nature me tiennent à cœur. Compte tenu de mon intérêt général pour les sciences naturelles, il était donc tout naturel pour moi de traiter un sujet dans ce domaine.

Andrej: La surexploitation de nos ressources est un problème omniprésent, si nous ne le traitons pas maintenant, il aura de graves conséquences pour l’avenir. Le point crucial de ma motivation était que j’appartiens à la génération qui a le privilège de façonner l’avenir de manière durable.

2. Comment avez-vous trouvé votre sujet?

Samuel: Depuis quelque temps, je lis des articles sur les différents types de pollution et leurs effets sur les organismes. En raison de l’intérêt suscité par ce sujet, j’ai voulu examiner de plus près un organisme et une substance qui le met en danger. Cependant, il est vite apparu que les connaissances sont encore lacunaires dans certains domaines et que la détection de nombreuses substances est difficile. Par exemple, dans les domaines des microplastiques ou des toxines environnementales organiques. C’est pourquoi j’ai porté mon attention sur les substances inorganiques.

Je voulais également me concentrer sur la situation en Suisse, ce qui a été rendu possible par une petite enquête de ma part. Cependant, il est vite apparu qu’il y avait peu de données disponibles sur la contamination par les métaux lourds des poissons suisses. J’ai donc décidé d’élargir un peu ma propre étude. J’ai pu le faire grâce à l’accès aux laboratoires de l’EAWAG.

Andrej: à cause de la publicité et de l’offre croissante de substituts de viande. En outre, l’élevage d’animaux pour la consommation de viande est l’un des principaux émetteurs de CO2. Ce problème a suscité en moi un grand intérêt et m’a incité à me pencher sur l’agriculture durable.

3. Quels défis avez-vous rencontrés au cours du processus d'écriture?

Samuel: La préparation de mon étude a été particulièrement longue car, contrairement aux attentes, il s’est avéré délicat d’obtenir les échantillons nécessaires. Même le soutien énergique des centrales électriques, des pêcheurs professionnels, des autorités, des clubs de pêche et de nombreux autres acteurs n’a pas pu y remédier dans un premier temps.

Andrej: L’analyse et le traitement des données agricoles n’est pas mon domaine d’expertise, j’ai donc demandé une aide extérieure pour évaluer les données et j’ai essayé de tirer les bonnes conclusions par un raisonnement logique.

4. Avez-vous déjà traité ce sujet avant d'écrire ? Si oui, de quelle manière?

Samuel: J’avais à peine abordé le sujet spécifique que j’ai finalement choisi auparavant. La pêche et l’écologie, en revanche, sont des domaines que j’avais déjà côtoyés dans le cadre de mes loisirs.

Andrej: Je n’ai abordé ce sujet qu’en passant. Ma sœur est végétarienne et de temps en temps, nous avions des discussions sur le sujet de la viande et de ses effets.

5. Continuerez-vous à poursuivre votre thème à l'avenir?

Samuel: En raison de mon intérêt constant pour ce sujet, je continuerai à suivre les nouvelles découvertes ou les nouvelles à ce sujet à l’avenir. En outre, beaucoup plus de données sur l’exposition aux métaux lourds ont été recueillies lors des mesures en laboratoire, qui attendent encore d’être évaluées.

Andrej: Oui, j’espère pouvoir mettre en pratique ce que j’ai appris et peut-être même développer de nouvelles technologies pour rendre l’agriculture plus durable.

6. Quelle conclusion personnelle tirez-vous de votre travail?

Samuel: Ce travail m’a montré l’importance de surveiller la santé de notre environnement et comment des mesures durables efficaces peuvent être prises à partir des connaissances acquises. Les événements parfois extrêmement tragiques du passé, qu’il faut à tout prix éviter à l’avenir, en montrent toute l’importance.

Andrej: Nous avons un grand potentiel pour améliorer l’utilisation de nos ressources, notamment dans le domaine de l’agriculture, mais aussi en termes d’éducation des consommateurs.

7. Quel message souhaitez-vous transmettre à vos semblables au sujet de votre thèse de maturité?

Samuel: En utilisant nos ressources de manière consciente, nous ne rendons pas seulement service à l’environnement, mais aussi à nous-mêmes. Parce que nous sommes également dépendants de la nature et de sa santé. Sans une pensée écologique et durable, nous ne nous trouverons pas dans une position agréable à l’avenir.

Andrej: Je pense qu’il est peu probable que les consommateurs abandonnent complètement la viande. C’est pourquoi je préconise de consommer moins de viande, mais issue de l’agriculture et de la transformation durables. En outre, je soutiens la recherche et le développement de produits de substitution.

8. Comment ressentez-vous le fait que votre école participe activement à la protection du climat?

Samuel: Je considère que l’engagement de l’école cantonale de Büelrain en faveur de la protection du climat est extrêmement important au vu du long chemin qui reste à parcourir. Les écoles ont la possibilité de montrer aux jeunes l’importance de la protection du climat. La conscience nouvellement acquise créera à son tour des opportunités de résolution de problèmes.

Andrej: Extrêmement important. L’attitude d’un établissement d’enseignement est importante et montre que l’engagement peut et doit aller au-delà du mandat éducatif standard.

9. Les thèmes de la protection du climat et de la durabilité vous accompagneront-ils dans votre avenir?

Samuel: La durabilité et la protection de l’environnement continueront certainement à faire partie de ma vie quotidienne à l’avenir. L’approfondissement de ces thèmes dans le cadre de mon mémoire de maturité m’a également permis de découvrir de nouveaux aspects et je pourrais aussi m’imaginer choisir une filière d’études dans cette direction.

Andrej: Oui, le thème de la durabilité est important pour notre avenir. Je voudrais commencer par moi-même et, dans un premier temps, apporter ma contribution à la protection du climat dans les nombreux petits problèmes de la vie quotidienne.