Une coupure de courant ? – Une journée d’école sans électricité au l’école sécondaire de Rafz

Le jeudi 16 janvier, Blckout Day a eu lieu à l’école secondaire de Rafz dans le cadre de l’année de campagne de Climate School. Les élèves et les professeurs ont vécu la journée scolaire d’une autre manière : complètement sans électricité ! Lors de cette journée scolaire spéciale, le sujet de l’électricité et de l’énergie a été abordé sous différents aspects.

Le jeudi 16 janvier au matin, les élèves du l’école secondaires de Rafz ont trouvé leur bâtiment scolaire étonnamment noir. Alors qu’ils attendaient qu’on les laisse entrer devant le bâtiment de l’école, qui était sans lumière, on a entendu de nombreuses voix qui demandaient :  » Pourquoi n’y a-t-il pas de lumière ?  » ou  » L’électricité du bâtiment de l’école a-t-elle été coupée ?

Lorsqu’ils ont finalement pu entrer dans le bâtiment de l’école et qu’ils ont trouvé les salles de classe éclairées par des bougies, leur hypothèse s’est confirmée : aujourd’hui, il n’y a pas d’électricité dans le bâtiment de l’école. Au début de la leçon, les élèves étonnés ont alors été informés : l’électricité a été coupée intentionnellement ! Aujourd’hui, c’était une journée d’école sans électricité, une journée d’action du programme Climate School. Cette journée dite « Blackout Day » marque le début de l’année de la campagne Énergie du programme. Lors de cette journée sans électricité, les élèves et le personnel enseignant doivent être sensibilisés à la ressource qu’est l’électricité et entamer un dialogue sur le lien entre le changement climatique et les énergies renouvelables.

« Et notre examen de maths ? », se sont demandés les élèves de la classe de Nadine Baschung. « Cela aura lieu de toute façon », a ouvert le professeur dans la salle de classe sombre. Mais elle ajoute rapidement, au soulagement des élèves : En raison des circonstances aggravées, les élèves sont autorisés à passer l’examen abrégé par deux. Bonne nouvelle !

Bien entendu, les enseignants ont profité de l’occasion pour aborder les thèmes de l’électricité, de l’énergie et du changement climatique. Par exemple, une classe a joué des scénarios tels que « Que se passerait-il si Rafz, le canton de Zurich ou même toute la Suisse venait à manquer d’électricité et qu’arriverait-il à la Volg à Rafz ou à l’hôpital de Bülach en cas de panne de courant ? Des discussions sur notre dépendance, mais aussi sur l’utilisation inconsciente et parfois gaspilleuse de l’électricité, ont été fréquemment entendues dans le bâtiment de l’école ce jour-là. Mais la durabilité de la production d’électricité est également devenue un problème et donc la question de meilleures solutions.

Les étudiants semblaient apprécier la Blackout Day. Une élève du secondaire de la classe de Nadine Baschung a déclaré : « Je trouve passionnant de vivre ce qu’est une journée d’école sans électricité. Après tout, il peut parfois s’agir d’une urgence. On pourrait également organiser plus souvent la Blackout Day, afin de se concentrer davantage sur les thèmes de l’électricité et de l’énergie ».

Bien que la plupart des élèves l’aient apprécié, la Blackout Day a également apporté quelques difficultés. Comme les stores sont commandés électroniquement, ils n’ont pas pu être relevés ce jour-là. C’est pourquoi il faisait toujours noir dans les salles de classe, ce qui était assez épuisant pour les yeux. De plus, les bougies ont donné moins de lumière que prévu. Pendant la journée, les classes de l’école prenaient donc souvent une courte pause et sortaient à l’extérieur pour se reposer les yeux.

Dans l’ensemble, cette journée d’action a été couronnée de succès au l’école secondaire de Rafz, ce qui a donné le signal de départ de l’année thématique sur l’énergie.