Les Journées de la Biodiversité peuvent arriver!

Ce printemps, nous organisons notre toute nouvelle «Journée de l’impact sur la biodiversité» dans cinq bâtiments scolaires. Ce jour-là, les élèves prennent leurs pelles et leurs pioches et, avec l’équipe de l’École du climat et des experts, réaménagent le terrain de leur école d’une manière proche de la nature. Un parcours interactif leur permet d’apprendre à connaître la diversité de la vie de manière tangible. Le projet débutera le lundi 17 mai à l’école secondaire de Gelterkinden, où nous avons déjà organisé une journée de formation avec les enseignants. Notre partenaire de projet BirdLife les a guidés à travers le sujet passionnant et leur a expliqué les activités individuelles du poste.

La journée d’impact dans le domaine de la biodiversité a été conçue comme un programme alternatif équivalent à la construction d’un système solaire sur le toit d’un bâtiment scolaire. En réaménageant les cours d’école de manière à les orienter vers la nature, les écoles participantes favorisent la biodiversité, ses habitats et l’écosystème. Au cours d’une demi-journée de formation avec le partenaire du projet, BirdLife, les enseignants ont été familiarisés avec le sujet et préparés pour la journée d’impact.

Au début, ils ont clarifié des questions importantes telles que «Qu’est-ce que la biodiversité?» et «Que signifie l’amélioration écologique pour la nature et la faune?» Ensuite, les enseignants ont été présentés à leurs postes, qu’ils supervisent lors de la Journée d’impact. Des activités telles que la construction d’un hôtel à abeilles, la création d’une spirale d’herbes aromatiques et la plantation et l’entretien de haies ou de fleurs attendaient les élèves le jour en question. Lors de la journée de formation, tous les outils, matériaux et procédures ont été abordés et les différents emplacements de la cour de récréation ont été visités.

Après une après-midi active, nous et les enseignants sommes formés et prêts à offrir aux élèves une journée d’impact passionnante. Nous attendons avec impatience les nouvelles oasis naturelles!

Entretien avec la responsable du projet, Angela Serratore:

Jusqu'à présent, Climate School a construit une installation solaire sur le toit de 22 écoles lors de la Journée de l'impact. Comment avez-vous décidé d'introduire une journée d'impact sur la «biodiversité»?

De nombreuses écoles n’ont pas la possibilité d’installer un système solaire sur le toit du bâtiment scolaire. Cela est dû à diverses raisons, comme le fait que le bâtiment soit classé ou que les cantons et les municipalités aient un calendrier de construction différent. Nous souhaitons donc proposer aux élèves une alternative qui constitue un temps fort similaire à la construction d’un système solaire. En d’autres termes, nous voulons placer le principe «tête, cœur et main» au centre de l’activité, afin que le sujet devienne tangible et puisse être vécu.

Quelles étaient vos attentes vis-à-vis de la journée de formation? Ont-ils été réalisés?

Il était important pour moi que les enseignants soient bien formés afin qu’ils puissent aborder ces sujets avec les élèves de manière pratique et se sentir en confiance. Pour de nombreux enseignants, la biodiversité est également un sujet nouveau. Nous sommes très heureux de pouvoir mettre en œuvre cette nouvelle journée d’action sur la biodiversité avec notre partenaire BirdLife Suisse. BirdLife Suisse apporte une grande expertise et peut former les enseignants spécifiquement pour les activités prévues. Cet été sera notre premier projet pilote. Notre journée de formation à l’école secondaire de Gelterkinden a été un grand succès. D’après les différents commentaires positifs, tous les participants étaient très enthousiastes et motivés et se réjouissent encore plus de la journée d’impact qui aura lieu à la mi-mai.

Quels obstacles avez-vous dû surmonter lors de la conception?

Nous avions besoin d’un partenaire de projet ayant une expertise en matière de biodiversité et un état d’esprit similaire au nôtre. Nous avons eu beaucoup de chance avec BirdLife Suisse et nous aimerions vraiment intensifier notre collaboration dans les années à venir. Comme pour la construction de la centrale solaire, divers groupes d’intérêt sont impliqués dans la conception d’une aire de jeux quasi naturelle. Il est donc très important que les besoins et les souhaits des différents groupes soient pris en compte dès le départ. Il doit également rester un projet communautaire, c’est-à-dire que des entreprises locales telles que des paysagistes ou des forestiers doivent être impliquées dans le projet. Ce dernier permet aux étudiants de bénéficier d’un échange polyvalent et d’un aperçu différent de nouveaux domaines professionnels. Pour la gestion de projet, en revanche, cela implique beaucoup d’efforts, car le fait est que plus le nombre de personnes impliquées dans un projet est élevé, plus la planification devient exigeante. Néanmoins, nous voulons relever ce défi et être en mesure de mettre sur pied le programme de la journée le plus passionnant et le plus varié possible pour les écoles.

Toutes les écoles peuvent-elles réaliser les mêmes projets de biodiversité ou y a-t-il des différences ?

Cela dépend d’une part des souhaits et des besoins des étudiants et des enseignants et d’autre part de la faisabilité. Il ne faut pas non plus oublier le budget qui, dans certains cas, permet aux écoles de réaliser de grands projets. À Gelterkinden, l’école bénéficie du fait qu’elle a reçu de nombreux dons généreux de la part de diverses entreprises et de particuliers. Cela signifie qu’ils peuvent maintenant transformer ce qui était à l’origine un petit projet en quelque chose de très grand et de formidable.

Qu'attendez-vous le plus de la Journée de l'impact ?

Observer les élèves. L’étincelle dans leurs yeux. Pour sentir qu’ils y prennent plaisir et qu’ils peuvent approfondir les sujets de manière événementielle. En général, j’attends avec impatience le moment d’observer comment jeunes et moins jeunes, étudiants, experts et enseignants, se rencontrent à hauteur d’yeux, échangent des idées, s’écoutent, apprennent les uns des autres et travaillent ensemble sur une vision. Cela me fait chaud au cœur et, à mon avis, c’est aussi une attitude importante pour atteindre les objectifs climatiques.

Êtes-vous nerveux avant le premier jour d'exécution?

Je suis nerveux avant chaque jour d’action. J’exige de moi que je puisse satisfaire toutes les parties prenantes et que chacun rentre chez lui avec un sourire et des comptes rendus de cette journée riche en événements. Fidèle à la devise: faire le bien et en parler!