Des comptines pour remplacer la radio – Blackout Day à Uitikon

Le jour du Blackout a également marqué le début du programme d’éducation climatique de quatre ans à l’école d’Uitikon. Trois bâtiments scolaires et 460 élèves ont participé à la matinée sans électricité. L’importance de l’électricité a été réinterprétée par tous les participants lors de cette journée et sa disponibilité a été considérée comme une priorité plus importante.

Lorsque l’électricité a été coupée par l’équipe de conciergerie le mardi 19 janvier au matin, l’école primaire et le collège n’ont pas prêté beaucoup d’attention à la panne. Le soleil et la neige brillante ont fourni tellement de lumière que la Blackout Day n’était même pas perceptible. Pour les élèves du secondaire, les cours commençaient à 7h20 dans l’obscurité, si bien qu’il fallait utiliser des lanternes et des lampions comme source de lumière.

Le manque de technologie a nécessité de la créativité et un programme alternatif aux leçons régulières de la part des enseignants de tous les bâtiments scolaires d’Uitikon. Toutes les classes ont abordé le thème de l’électricité et de l’énergie et ont discuté de divers scénarios. «Vous pouvez sortir la nourriture du réfrigérateur et la réfrigérer dans la neige», a suggéré un élève en réponse à la situation initiale si une ville entière était touchée par une panne de courant de plusieurs mois. Chaque niveau d’âge a fait face différemment à la panne d’électricité, mais dans chaque classe, elle a fourni du matériel de discussion. Une visite à l’école maternelle a réchauffé le cœur des enfants qui ont essayé de «réveiller» la radio. Un jeu d’applaudissements a fourni une alternative rythmique pour commencer la journée.

Sylvie, de la 3e année, a réalisé, grâce à la journée de panne, à quel point l’électricité est importante pour l’école et que le beamer et l’IPad sont indispensables pour l’enseignement.

Peu avant midi, les élèves ont été informés de la matinée sans électricité par un message vidéo de MYLBLUEPLANET. Avec le slogan «Wir wollen kein GlÜhdikon!», l’école d’Uitikon a démarré le programme avec succès.